Récit 4 – Les humains asservissent la nature

Des humains cupides et tout-puissants

Vous savez certainement maintenant ce qu’est la Bacterium homo grǣdigus. Mais le mot “grǣdigus” n’est pas facile à trouver dans un dictionnaire. En vieil anglais, “grǣedig” signifie “avare “. Par conséquent, Bacterium homo grǣdigus signifie “bactérie humaine avare”. Vous et moi sommes des BHG, rappelez-vous-en. Il définit la nature de l’espèce humaine, d’où son importance capitale dans mon discours.

Les humains sont omniprésents et tout-puissants, tout comme les dieux que nous avons inventés. Ce fait n’a pas besoin d’être prouvé, nous avons dominé la nature dès que nous avons allumé le premier feu. Depuis lors, nous avons continué à conquérir la planète Terre. Malheureusement, nous l’avons également infectée.

Ecocide

À l’époque actuelle, que nous avons baptisée Anthropocène, les humains consomment de la nourriture et des matériaux de manière excessive, pratiquent l’éco-extermination en éliminant la végétation et en occupant les terres de manière abusive, en polluant dangereusement l’air, l’eau et le sol avec des produits industriels et en réclamant des modes de transport plus rapides.  Nous perturbons délibérément l’équilibre de la nature, dévastons de plus en plus l’habitat d’autres êtres vivants et leur volons leurs besoins vitaux. C’est ainsi que nous, les humains, déclenchons des maladies chroniques et des pandémies. Pour les problèmes que nous nous infligeons, nous accusons sans honte les autres animaux, les bactéries et les virus.

La bénédiction du COVID-19

Le confinement de la pandémie de COVID-19 a donné un sentiment de bien-être que l’on n’avait pas connu depuis longtemps. Les humains sont surpris d’entendre les oiseaux chanter gaiement, de voir des poissons colorés dans les lacs, les canaux et les ruisseaux, de respirer de l’air frais et de voir joyeusement le ciel bleu dans de nombreuses régions du globe. Malheureusement, cela a accru mon anxiété. Je connais la nature des humains “grǣdigus”. Ils oublieront rapidement ce bref moment paradisiaque. Au lieu de rétablir la nature, BHG lancera un assaut pour voler encore plus à la nature afin de récupérer la perte matérielle causée par le COVID-19.

Humanisme

Les experts échouent d’alerter le public vis-à-vis de notre comportement anti-nature et notre mode de vie abusif. Les BHG continuent de proliférer comme aucun autre animal. En même temps, nous cherchons à améliorer notre confort, à satisfaire tous nos désirs, à rechercher le plaisir et à acquérir avec avidité ce dont nous n’avons souvent pas besoin. L’empathie, l’altruisme et la bonté accrus des BHG sont dirigés au profit des BHG seuls, rien pour le reste de la biosphère. Notre humanisme est égoïste et égocentrique. Nos yeux ne voient que ce qu’ils veulent voir, et nos cerveaux nient reconnaître que nous sommes les puissantes bactéries mutantes et suceuses de sang qui ont rendu la Terre malade.  Ayant un contrôle total sur la Terre et sa nature, nous aspirons avidement à infecter l’espace également.

Les vrais dieux

J’ai précédemment insisté sur le fait que les BHG ont toujours été les vrais dieux. Lorsque nous avons pris conscience de notre pouvoir, nous avons inventé de fausses histoires sur les dieux. Des milliards d’entre nous ont commencé à croire à ces histoires pendant des milliers d’années. Les histoires ont muté en religions, néanmoins fausses. Ne voyez-vous pas que ces faux dieux ont été conçus à notre propre image ? Nous nous sommes battus, comme eux, entre nous, en nous tuant les uns les autres et en causant des dommages disproportionnés à la nature innocente. Lisez ce qu’écrivait Érasme au XVIe siècle. Ayant acquis une domination totale sur la nature, nous refusons catégoriquement d’en faire partie.

En donnant leur nom à l’âge actuel de la Terre : Anthropocène, et devenir de fiers “propriétaires” et maîtres de la Terre, de ses sols, de son eau, de son air, de sa faune et de sa flore, équivaut à de la malveillance.

Des maîtres malveillants

Dès le début, nous avons affronté les animaux, les oiseaux, les rivières et fait face aux calamités naturelles. Au fur et à mesure que notre intelligence s’est développée, nous avons pris le contrôle des animaux en liberté et avons commencé à les utiliser pour cultiver la terre et à les manger. Ayant appris comment ils se comportent, nous les manipulons maintenant pour notre propre profit et notre propre plaisir. Nous avons apprivoisé le plus féroce des animaux, comme l’ours, et l’avons forcé à danser à notre signal. En un rien de temps, nous sommes devenus les maîtres et les propriétaires de la Terre.

Nous avons accéléré nos efforts pour subjuguer également les forces de la nature : ses brises douces, ses vents rebelles, ses nuages, sa pluie, sa neige et sa température. Après nous être habilement lavés le cerveau, nous avons cessé de nous vanter de notre puissance illimitée.

Ayant admis être responsables de la sixième extinction de masse, appelée “extinction de l’Anthropocène”, qui bat de son plein, nous nous moquons bien qu’un nombre incalculable de familles végétales et animales aient déjà disparus. Les espèces existantes de mammifères, d’oiseaux, d’amphibiens, de créatures marines, de reptiles, d’insectes et de plantes disparaissent à un rythme estimé entre 100 et 1 000 fois supérieur au rythme naturel. Des extinctions se sont déjà produites dans la vie de la Terre, mais pas à l’échelle et à la vitesse que nous provoquons actuellement.

Ma Terre s’en remettra-t-elle ?

Ma pauvre Mère-Terre s’en remettra-t-elle un jour ? De toute évidence, le BHG lui-même est arrogamment confiant de survivre à toutes les éventualités. Nous avons plus foi en nos technologies qu’en un dieu quelconque. Nous voulons réaliser notre désir de répandre notre avidité contagieuse et notre pouvoir anthropocentrique dans l’univers tout entier.

Regardons la vérité en face : les médecins de la Terre, qui sont eux-mêmes des BHG, administreront-ils un jour des antibiotiques et des médicaments pour guérir la Terre ? Suicide !

Je ne m’attends pas à ce que des êtres surnaturels viennent rétablir la nature anthropocentrique de la BHG. Certains scientifiques affirment qu’une météorite a infecté la pauvre Terre de BHG au cours de l’histoire de la Terre. Je souhaite qu’une autre météorite frappe et injecte cette fois un antidote ! Mais malheureusement, les miracles n’existent pas !

About the author