Récit 16 – Voler le capital nature

(Légende de l’image : Tous les moyens imaginables – rail, voie, route, tunnels et hélicoptères – percent la Jungfrau pour satisfaire l’œil humain)

La disparition imminente de la Terre

Le jamboree annuel du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, vient de se terminer. Les participants ont proposé de nombreux moyens hautains pour traiter et sauver la Terre malade. Maintenant, ils sont debout autour du lit de la Terre malade. Grete a reconnu parmi eux des présidents, des premiers ministres, des rois, des reines, des dictateurs, des chefs de tribu, et aussi de formidables PDG d’institutions de recherche, d’entreprises industrielles et commerciales, d’institutions financières, de banques, et de GAFA, les super riches géants de la technologie. Grete écoute leurs discours mais n’entend pas un mot sur la Terre. Il ne s’agit que d’accords commerciaux et militaires. La Terre et Grete se demandent pourquoi ils s’étreignent et s’inclinent devant les rois et les reines. Ils ont l’air très satisfaits. Les militaires sont superbement heureux.  Ils expriment sûrement leur joie de la disparition imminente de la Terre.

Grete, absolument confuse, demande à la Terre : “Sont-ils heureux parce qu’ils t’ont sauvée ou parce qu’ils expriment leur joie pour ta mort imminente ?”

Plus de guerre

Se sentant désespérée, la Terre ne répond pas. Grete lui demande : “Comment sont-ils devenus rois et reines, et si riches ?”.

“En combattant et en gagnant des guerres ou des élections, ou les deux”, répond la Terre.

“Cela coûte beaucoup d’argent, de matériel et de vies. D’où obtenaient-ils tout ça ?”

“Les dirigeants ont obtenu de l’argent des institutions financières, des commerçants et des entreprises manufacturières. Auparavant, ils l’obtenaient de la Ligue Hanséatique, de la Compagnie Britannique des Indes Orientales, de la Santa Hermandad et autres. Maintenant, ils l’obtiennent de General Electric, Boeing, Morgan, Bloomberg, Microsoft, Tata et Amazon, pour n’en citer que quelques-uns. Ne ris pas quand je te dis qu’ils considèrent la Maison Blanche comme une succursale de Goldman Sachs.”

“Les dirigeants ont-ils jamais rendu l’argent ?”

“Oui. En partie. Des taxes qu’ils prélevaient sur les gens.”

“Après cela, il n’y a plus eu de guerres”, conclut Grete.

“Les guerres ont laissé les gens plus pauvres. L’argent des impôts n’était pas suffisant. Alors, les dirigeants ont mené d’autres guerres financées par les mêmes institutions et d’autres.”

Grete en déduit : “Les guerres sont donc devenues de plus en plus grandes, coûtant des quantités astronomiques de ressources, d’argent et de vies humaines et animales.”

“Vous avez deviné juste.”

Source de l‘argent

“Ne me dis pas qu’ils ne se réunissent pas ici pour s’occuper de toi, mais pour récolter plus de fonds pour financer les activités humaines et les guerres ? Ils ont l’air si doux, pas du tout belliqueux. Tout cet argent, d’où vient-il ?”

“Ils me le prennent”. La Terre a répondu.

“Je suis ébahi. Ils le volent à ton nature-capital. Tu as été si généreux et aimant. As

-tu déjà vérifié ce qu’il reste dans ton stock de provisions ?”

“Oui, mais seulement récemment. Pendant une longue période, j’étais heureux et insouciant. Tous les êtres vivants obéissaient aux lois de la nature. En retour, ma nature généreuse leur ouvrait ses trésors. Puis est apparu l’Homo sapiens à deux jambes et à grosse tête.  Grete, est-ce-que tu as remarqué que ce nom est une erreur. Dans l’ensemble, les homo sapiens ne sont pas du tout sages. En un rien de temps, ils ont muté en méchants BHG. Cela a tout changé. Maintenant ils convertissent le capital-nature en capital argent de plus en plus vite. Cet “homme sage” rempli du Moi, I-ness,  est devenu terriblement anthropocentrique. Non seulement ils ont drainé presque toute mon énergie et sucé mon sang, mais ils m’ont également infecté. Seules quelques personnes comme toi voient à quel point je suis gravement malade.”

Grete essuie ses larmes et dit : “Je donnerai ma vie pour que tu te rétablisses. S’il te plaît, apprenez-moi davantage. Je viendrai tôt demain. Je penserai à toi. Repose-toi bien.”

About the author