RESPECT THE GOLDEN GATE BRIDGE

 

I had encountered the spirit of Stonehenge on the Island of the Celts (now England) in October 2016 (http://bigbangyoga.org/my-return-to-stone-age/ ). It
foresaw my intentions and where I was going and  landed on the Pacific coast before I. May be it was there and everywhere all the time. How could I  know? , Well, I continue to encounter coincidences as I always did before. The day I decided to see San Francisco’s Golden Gate Bridge I learnt that GGB was inaugurated also in 1937. I felt a deep sentimental affinity towards it. I got a feeling to celebrate our 80th anniversary intimately.  Instead of using a car and running over it in two minutes, I rented a bike and started peddling towards it.

SanFransisco-1 (26)

Apparently the Stonehenge spirit embodied the bridge. It did not like me meeting him  even riding a bike.  He made the rear tire of Karin’s bike come off the rim so that I approach him more respectfully on foot.

SanFransisco-pneuCreve

We walked up the hill to his level and found a replacement bike at the Visitors’ Center. On a bright and windy day I showed my affection by feeling his sidebar then leaning frequently over it to see the Pacific Ocean flowing under it. I touched his mighty impressive cable passing over stalwart cable-supporting struts. They are so high; to see the top my aged stiff neck took some strain.

We cycledSanFransisco-1 (52) across the bridge zigzagging through sightseers avoiding other bikers and frequently stopping to takes pictures, hoping that no one else has pictured him before from our angle of view  We descended to Sausalito, the ancient fisherman’s port now accommodates yachts of the rich and boats of the poor. Visitors go there to see the spectacular skyline of San Francisco city. We crossed the Bay on a ferry that enabled us to see Angel Island from close and the varying views of the Golden Gate Bridge and the prison island of Alcatraz. From the city harbour we biked and stopped to see the famous Wharf 39 inhabited by roaring cantankerous sea lions.  .

 

LA MAGIE DE STONEHENGE

Un retour à l’âge de pierre : La magie de Stonehenge   

(From WMO Amicale Bulletin, December 2016)

Le  site  de  Stonehenge  m’avait  fasciné,  la première fois qu’on m’en avait parlé à l’école, il y  a de ça plus d’un demi­siècle.  J’avais été dans les  parages  d’innombrables  fois,  mais  je  ne  l’avais  jamais vu.  Mais je suis conscient que le bout de  vie  que  j’ai  parcouru  est  insignifiant  en  termes  géologiques.

stonehenge-2016-15

(Photo by Karin Nyffenegger)

En septembre 2016, une baisse soudaine de  mes activités avait engendré un espace de temps  vide  et  une  déprime  que  je  n’arrivais  pas  à  surmonter.  Mon esprit me suggéra de remplir ce  vide par un séjour en Angleterre, avec nulle autre  mission que de rencontrer des gens et de visiter  des  lieux  –  pas  de  mariages,  pas  de  nouveaux  nés,  pas  d’anniversaires  et  pas  de  funérailles.   Vous  ne  me  croirez  peut­être  pas,  mais  ma  première attirance fut de « retourner à l’âge de  pierre »  et  de  présenter  mes  respects  à  Stonehenge.      Le mercredi 28 septembre, l’autocar partant  de  la  gare  Victoria,  à  Londres,  me  conduisit  au  fameux site.  De loin, j’aperçus le cercle magique  de  pierres,  sur  un  replat  de  colline,  la  lumière  pâlissante du soleil en fin d’après-midi jaillissant  au travers des piliers.

Le  petit  vent  frais  n’a  pas  calmé  mon  excitation.  Je  n’ai  pas  besoin  de  vous  décrire  Stonehenge,  qui  attire  des  millions  de  visiteurs.   Après en avoir fait le tour avec recueillement, je  me  suis  éloigné  en  me  retournant  à  plusieurs  reprises  pour  l’embrasser  encore  d’un  dernier  regard.  Il  est  incroyable  que,  peu  après  cette  visite,  j’apprenne  qu’une  dent  de  chien,  de  race  alsacienne, avait été déterrée près de Stonehenge.   Le chien avait apparemment parcouru 250 miles  (400  km)  depuis  York  avec  son  maître,  il  y  a  quelque 7000 ans en arrière, bien avant que le  fameux cercle de pierre ne soit érigé il y a environ  2000  ans  (BBC,  7  octobre  2016).    Quand  j’y  pense, je me dis que, tout comme le maître du  chien, j’aurais bien aimé marcher depuis la Suisse  à  travers  nos  jungles  de  béton  et  les  enchevêtrements de nos routes.  De retour dans  l’autocar, je fus pris d’un regret: j’aurais dû cacher  l’une  de  mes  dents  quelque  part,  de  sorte  que  l’archéologue  (probablement  venu  d’une  autre  planète) puisse prouver avec fierté, en 4016, que  moi, être humain, avait fait le voyage de Genève à  Stonehenge!    Rien qu’à cause de la magie de Stonehenge, il  s’est produit plusieurs coïncidences. En prévision  de mon arrivée, l’esprit de Stonehenge avait pris  le contrôle de toutes mes intentions avant même  que je mette pied sur l’île de Stonehenge.  Ce que  je  vais  vous  raconter  sont  mes  pensées  a  posteriori;  je  n’aurais  pas  pu  les  avoir  plus  tôt,  quand les premières sensations de l’automne me  faisaient  penser  que  je  pourrais  tomber  comme  une feuille de chêne dans mon jardin et que je ne  verrais plus ceux de mes proches dont la route ne  menait pas à Genève.    Pour commencer, l’esprit de Stonehenge a tout  fait pour m’isoler.  Deux jours avant de prendre  l’avion,  l’esprit  a  envoyé  la  personne  qui  se  réjouissait  tellement  de  m’accompagner,  à  Oslo,  voir  sa  tante  mourante.    Il  s’est  introduit  aussi  dans la tête de ma chère belle­sœur et l’a dirigée sur  le  Terminal  Sud  de  Gatwick,  même  si  elle  savait bien que c’était au Terminal Nord que nous  avions rendez­vous.  J’ai pris le bus, après quoi  j’ai parcouru 2km à pied, jusqu’à la maison qui  devait  nous  héberger.    La  magie  s’est  encore  accélérée le lendemain matin, lorsque j’ai pris le  train, aux heures creuses, de Crawley à Hounslow,  pour  aller  voir  mon  oncle  âgé  et  mon  oncle  malade.    Ici,  il  vous  faudra  vous  reporter  à:<  http://bigbangyoga.org/stonehenge­magic<  pour  apprendre  ce  qui  s’est  passé  ce  jour­là  et  pour  apprécier le pouvoir de Stonehenge.  Guérison parfaite:    L’esprit de Stonehenge m’avait fait de l’ombre  tout le temps.  Il n’était pas content de mon plan à  visiter  Cardiff.    Il  a  fait  changer  d’avis  les  personnes que j’aurais vraiment aimé y voir, ou  bien il a fait en sorte qu’elles n’étaient vraiment  plus libres ce jour­là.  Ma compagne, Karin, s’était  libérée de ses obligations à Oslo et était venue me  rejoindre.    Notre  car  de  Stonehenge  nous  avait  déposés dans le centre de la charmante ville de  Bath.  Ses bains romains sont vraiment fascinants.  J’avais  entendu  quelqu’un  pontifier  au  sujet  des  propriétés curatives du bassin principal.

bath-2016-16

Green magical pool (Photo: Karin Nyffenegger)

En voyant la couleur verte de son eau, j’étais  convaincu  qu’elle  était  magique  et  qu’elle  allait  certainement  guérir  mes  douleurs  aux  genoux.   Mais personne n’était autorisé à entrer dans l’eau,  car, si tout le monde sur la Grande Ile guérissait,  le Service national de la Santé n’avait plus qu’à  fermer boutique.  Vous imaginez un peu le nombre  de chômeurs?    Sur la photo ci­dessus, vous me voyez attendre  le  moment  où  je  pourrais  me  glisser,  ni  vu  ni  connu,  dans  le  bassin.  Aurais­je  attendu  trop  longtemps?    Je  ne  me  souviens  pas.    J’étais  ailleurs.  Tout ce que j’ai remarqué est que Karin  me  cherchait  désespérément.    Pas  de  trace  de  moi.  Finalement, elle a abandonné et est sortie  chercher dehors, dans le parc.

bath-2016-22

Moi – parfaitement guéri! (Photo: Karin Nyffenegger)

Subitement, elle s’arrêta, tout étonnée et avec  un  grand  sourire.    Elle  m’avait  retrouvé,  complètement guéri, heureux de rouler en tricycle.   Elle adore rouler à vélo et elle était aux anges de  me voir prendre exemple sur elle. (Traduction Ilse Bourgain)