Poor God! /Pauvre Dieu!

Translation from original French published in LE TEMPS. Original in French follows

 Debates: LE TEMPS, Monday, January 19, 2015

Poor God!

Naginder Sehmi, Geneva

My God is a supreme Force all powerful and omnipresent; the Creator without fear and hatred that monitors everything. It is so strong that it cannot be blasphemed (the 15.01.2015 LT). On the other hand, there are many others whose God is incredibly weak and unable to endure even a minute insult and easily humiliated. Unfortunately, this traditional supernatural God has not been capable of resolving the problems of this world in an acceptable manner and respond to the human, spiritual and other needs. One can say that this God is dead. In this vacuum, man himself has become God and himself inflicts divine justice by killing his fellow humans.
There are other believers who claim that God died to take away the human sins. It is a lie to hide the reality. Human beings continue to be sinners as ever before. They continue to torture God. They invented the idea of blasphemy to satisfy their own greed, power and wealth showing out-and-out contempt of God. They ignore the blasphemy that they have inflicted on nature that represents the real God. Fortunately, God is not yet completely dead. Will men and their religions one day gain the wisdom and save God?

—————

 FRENCH

DÉBATS: LE TEMPS,  lundi 19 janvier 2015

Pauvre Dieu!

Naginder Sehmi, Genève

Mon Dieu est une Force suprême toute-puissante et omniprésente; le Créateur sans peur et sans haine qui surveille tout. Il est tellement fort qu’Il ne peut être blasphémé (LT du 15.01.2015). Par contre, il y a beaucoup d’autres personnes dont le dieu est incroyablement faible et incapable de supporter ne serait-ce qu’une injure mineure, et facilement humiliable. Malheureusement, ce dieu traditionnel surnaturel n’a pas été capable de résoudre de manière acceptable les problèmes de ce monde et de répondre aux besoins humains, spirituels et autres. On dirait que ce dieu est mort. Dans ce vide, l’homme lui-même est devenu Dieu et inflige la justice divine en tuant lui-même ses semblables.
Il y a d’autres croyants qui prétendent que Dieu est mort pour enlever les péchés humains. C’est un mensonge pour dissimuler la réalité. Les êtres humains sont toujours aussi pécheurs. Ils continuent à torturer Dieu. Ils ont inventé l’idée de blasphème pour satisfaire leur propre avarice, pouvoir et richesse au mépris de Dieu. Ils ignorent le blasphème qu’ils ont infligé à la nature qui représente le vrai Dieu. Heureusement, Dieu n’est pas encore complètement mort. Les hommes et leurs religions vont-ils finalement acquérir la sagesse et sauver Dieu?

La guerre entre les « religions de la paix »

LE TEMPS –  Genève, Jeudi 19 février 2015

OPINION

La guerre entre les « religions de la paix »

Naginder Sehmi*

nphoto

Les meneurs – les meneuses n’existant pas dans la plupart des religions, surtout celles du Livre – continuent à proclamer à haute voix, comme ils le font depuis des siècles, que leur religion n’est que paix. C’est faux.

Ce n’est pas ce qui est écrit dans les livres sacrés qui constitue la religion mais la manière dont les gens la pratiquent, selon les interprétations variées, imposées à eux par les leaders religieux. Deux interprétations diamétralement opposées de la pratique de l’islam, qu’on peut lirdans Le Temps du 27 janvier 2015, accentuent les feux rouges que nous continuons à ignorer.

Nous oublions que les religions du Livre ont leur origine dans les guerres entre petites tribus, suivies des massacres commis par les Romains, les conquêtes sanglantes par les Arabes nouvellement islamisés, les croisades, et la colonisation du monde entier, ou presque, par la ferveur aiguisée des chrétiens. Il faut retenir que pendant les deux siècles passés, il y a eu des accords après les guerres, l’Holocauste, les génocides, l’extermination et la domination, en vue d’une stabilité politique et commerciale; mais jamais, jamais, un accord n’a été rédigé pour régler les conflits religieux.

Les guerres religieuses persistent, tuant majoritairement des croyants. Combattre les extrémistes religieux de l’extérieur n’a jamais été une solution car ils suivent l’interprétation la plus rigoriste de l’enseignement du Livre. Les extrémistes, ainsi que la majorité des gens qui mènent leur vie honnêtement, sont les produits de la même communauté.

En conséquence, la solution du problème est inhérente à cette communauté. Toutes les autres mesures sont momentanées et malheureusement inefficaces, sauf pour sauver quelques vies. Dans ce sens, les arguments polémiques entendus dans l’émission de la RTS (Infrarouge 27.01.2015) n’ont rien apporté de nouveau et le débat était infructueux.

Heureusement, la majorité du monde chrétien s’est extrait de l’emprise des dogmes religieux. Grâce à l’éducation actuelle, les gens ont intégré les valeurs fondamentales de la religion dans les affaires d’Etat et dans la société, et même dans leur comportement personnel.

À ce titre, je ne serais pas trop loin de la vérité si je disais que la Suisse en a pris la tête. Le célèbre théologien et savant Hans Küng ne dit pas pour rien qu’on ne peut pas avoir la paix entre les nations avant qu’on ait la paix entre les religions. La Suisse recueille les rescapés des guerres monstrueuses de toutes les croyances, elle les héberge et les nourrit. C’est le geste le plus religieux et il n’a pas de nom. Est-ce qu’un jour viendra où les gens des autres pays feront la même chose et deviendront véritablement religieux?

Ceux qui continuent à dire que la situation humanitaire choquante au Moyen-Orient n’est pas liée à la religion sont des menteurs, parce qu’ils refusent d’accepter que c’est la communauté entière, composée d’extrémistes et de modérés, qui compose et représente la religion. Tout le reste n’est que théorie. Si la communauté ne veut pas ou ne peut pas mettre à jour ses livres sacrés, aujourd’hui désuets, en utilisant la connaissance que nous avons acquise en quantité extraordinaire, il est quasiment impossible d’arrêter la guerre entre les religions de la paix. Qui va suivre le conseil sage de Reinhard Schulze (lire Le Temps du 29.01.2015 )?

Les êtres humains n’ont pas de honte, il est dans leur nature d’aimer la boucherie. Une personne qui peut défaire ce nœud gordien et trouver une solution pour avoir la paix religieuse sera mon prophète, si je suis encore en vie. Autrement sauve qui peut, au moins pendant ce siècle!

————-

* Ancient enseignant et hydrologue, a publié un roman autobiographique, «Twisted Turban : A Thought-Provoking Journey Along Cultural Borderlands » (2013)

War between “religions of peace”

(English translation of an article in French that was published in LE TEMPS a Swiss national newspaper.)

LE TEMPS – 19 February 2015

OPINION

THE WAR BETWEEN ” RELIGIONS OF PEACE”

Naginder Sehmi*

nphoto

Men leaders – women leaders do not exist in most of the religions especially those of the Book – continue to loudly proclaim as they have done for centuries that their religion is nothing other than peace. They are wrong.

What is written in the sacred books does not form religions, but the way people practice them, following different interpretations that their religious leaders impose on them.  Two diametrically opposing interpretations of the practice of Islam that we read in LE TEMPS of 27 January, 2015 highlight the red light that we continue to ignore.

We forget that the religions of the Book have originated from fights between small tribes, followed by massacres carried out by the Romans, the bloody conquests by newly islamisized Arabs, the Crusades, and colonization of nearly the entire world by the sharp fervour of Christians. It should be noted that during the last two centuries many treaties were signed after every war, the Holocaust, genocides, exterminations and domination in order to attain commercial and political stability but never, ever, has a treaty been entered into to settle conflicts between religions.

Religious wars persist, killing mostly the faithful believers.  Combating religious extremists from outside has never been a solution because they follow the rigorous teachings of the Book. The extremists as well as the majority of the people who lead a righteous life are the product of the same one community.

As a result, the solution to the problem is inherent in that community. All other measures are momentary and sadly ineffective except for saving a few lives. In this sense the polemic discussion broadcast on the RTS programme Intrarouge of 27.01.2015 did not benefit anybody and the debate turned out to be fruitless.

Fortunately, the majority of the Christian world has extricated itself from the grip of religious dogmas. Thanks to modern education, people have integrated basic values of the religion in the state affairs, in the society and even in personal behaviour.

In this respect, I would not be far from the truth if I said that Switzerland is in the lead. The famous Swiss theologian and thinker Hans Küng did not say for nothing that we cannot have peace between nations before there is peace between religions. Switzerland accommodates the survivors of monstrous wars of all faiths, loges and feeds them.  This is the most religious gesture and it has no name.  Will a day come when the people of other countries would do the same thing and become truly religious?

Those who continue to insist that the shocking situation in the Middle East  has no link with the religion  are liars, because they refuse to accept that it is  the entire community composed of  the extremists and the moderates that represent the religion. All else is only theory. If the community has no desire to revise its sacred outdated books using the extraordinary amount of knowledge that we have acquired, it is almost impossible to stop the war between the religions of peace. Who will follow the wise advice that Reihard Schulze enunciated in LE TEMP of 29. 01.2015?

Human beings are shameless; it is in their nature to adore bloodshed.  Any person who could undo this Gordian knot and show a way to have peace between religions would be my prophet, if I am still alive. Otherwise, sauve qui peut, at least during this century.

———————-

* Retired teacher and hydrologist, has published an autobiographical novel ”TWISTED TURBAN – A THOUGHT-PROVOKING JOURNEY ALONG CULTURAL BORDERLANDS”. TWISTED TURBAN